IMAGINER L’INDIEN – Promouvoir le mot « R »

Ce documentaire chargé d’émotion raconte une histoire qui a commencé il y a 800 ans. À cette époque, les citoyens de 500 nations indiennes étaient les seuls à appeler les États-Unis chez eux. Quand leur souveraineté a été volée, leur combat a commencé. Et ils se battent depuis.

LA STRATÉGIE
L’une des nombreuses organisations qui se battent est The Fight Against American Mascoting Leur objectif est d’empêcher les clubs sportifs d’utiliser les noms et les mascottes de tribus auxquelles ils n’ont aucune affiliation. Non seulement cette exploitation, mais leurs présentations dérisoires jettent une insulte à la culture indigène. Mais lorsque des organisations riches ont été informées qu’elles insultaient leurs compatriotes, elles ont clairement fait savoir qu’elles s’en fichaient.

Un exemple épouvantable de ceci est quand, en 2000, l’équipe de baseball de Cleveland a été invitée à cesser d’utiliser son logo de « chef » caricatural. Malgré les protestations généralisées pour la justice raciale, ils l’ont conservé jusqu’en 2018. Une bataille encore plus controversée a été livrée avec les « Redskins » de Washington. Ils utiliseraient sans aucun doute encore le mot « R » si Fedex n’avait pas menacé de retirer leur parrainage s’ils ne se conformaient pas.

LES MAUVAISES NOUVELLES
Il y a beaucoup plus d’histoires déroutantes comme celle-ci, beaucoup avec des fins moins réussies. Et aussi décevantes que soient ces révélations, est-ce vraiment une surprise ? Avec l’Amérique si ouvertement enracinée dans le capitalisme, un coup de pied supplémentaire à l’âme de la moralité est la norme. Mais ce qui est vraiment choquant, c’est que des milliers d’écoles nagent dans la même piscine que Big Sport. Comme les clubs, ils sont pleinement conscients qu’ils causent de l’offense, mais ils continuent malgré tout. Sont-ce vraiment le genre de personnes qui devraient guider les jeunes Américains vers l’âge adulte?
LA BONNE NOUVELLE
Heureusement, cependant, tout espoir n’est pas perdu. Il y a une interview réconfortante avec une jeune écolière qui n’a découvert qu’à l’adolescence que le nom de son école était « politiquement incorrect ». Et quand elle a découvert que cela causait de la détresse à des millions de personnes, elle a été horrifiée. Elle a fait du lobbying auprès de son conseil scolaire et a réussi là où certains avocats très coûteux ont échoué. Elle a fait changer le nom de son école. Peut-être que ce militant en herbe devrait passer moins de temps en classe et plus de temps sur la route, expliquant aux éducateurs non éclairés que toutes les vies comptent.
LA SOLUTION
Le fait que tant de gens se battent pour leur cause depuis si longtemps ouvre la porte à une très grande question. Pourquoi la « plus grande nation du monde » n’a-t-elle pas fait de l’abus de la culture autochtone une forme de crime haineux? C’est une étape spectaculaire, mais si des millions d’Américains pensent vraiment que le nom de leur équipe sportive est plus important que la dignité d’une course entière, la loi doit expliquer que ce n’est pas le cas.

REGARDEZ LA BANDE-ANNONCE ICI

CALENDRIER DE SORTIE EN SALLES
Vendredi 31 mars
New York – Quad Cinema (monument)

Vendredi 7 avril
Washington, DC – Avalon

Vendredi 14 avril
Atlanta – Midtown
Los Angeles – Laemmle Monica Film Festival

Vendredi 21 avril
Chicago – Centre du film Gene Siskel

Dimanche 23 avril
Wilmette, IL – Théâtre Wilmette

Vendredi 5 mai
Kansas City – Blindage Screenland
San Francisco – Opera Plaza (monument)

Vendredi 12 mai
Phoenix – Shea 14 (Harkins)

Plus d’annonces bientôt.

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES (MÉDIAS) :
Adam J. Segal • Le Groupe 2050 – Publicité
212-642-4317 (bureau) • 202-422-4673 (cellulaire)
[email protected] • www.the2050group.com

CINÉASTES
Sam Bardley (coproducteur) est un documentariste passionné par le fait de raconter des histoires enracinées dans sa maison de Washington, D.C.

Kevin Blackistone (coproducteur) est un chroniqueur sportif national au Washington Post
Aviva Kempner (co-réalisatrice, coproductrice), une cinéaste basée à Washington, D.C.
Ben West (co-réalisateur, co-producteur) (Cheyenne) est un scénariste / producteur indépendant
Yancey Burns (C0-Producer) est diplômé du George Washington University Documentary Film Center
Barbara Ballow (rédactrice) est une éditrice primée aux Emmy Awards
Produit par la Fondation Ciesla

À PROPOS DE LA FONDATION CIESLA
Basée à Washington, D.C., la Fondation Ciesla est une organisation éducative publique 501 (c) (3) exonérée d’impôt. Pendant quarante ans, Ciesla (prononcé CHESH-lä) a produit des documentaires qui explorent des images non stéréotypées des Juifs dans l’histoire et célèbrent les histoires inédites des héros juifs. Imaginer l’Indien fera avancer la mission de Ciesla de mettre en avant des histoires importantes, cette fois en se concentrant sur le mouvement pour éliminer la mascotte amérindienne. Les films de Ciesla incluent Yoo-Hoo, Mrs. Goldberg, qui détaille les réalisations de la pionnière Gertrude Berg et de son empire médiatique, The Life and Times of Hank Greenberg, lauréat d’un prix Peabody, l’histoire d’un joueur de baseball juif qui a fait face à l’antisémitisme dans les années 30 et 40, Partisans de Vilna, un film sur la résistance juive contre les nazis, et Rosenwald, un documentaire sur le chef de Sears et philanthrope Julius Rosenwald, qui s’est joint aux communautés sud-africaines américaines pendant les années Jim Crow pour construire 5 000 écoles et a soutenu les principaux artistes et intellectuels afro-américains. La Fondation a récemment publié The Spy Behind Home Plate, un documentaire sur Morris « Moe » Berg, un receveur juif énigmatique pendant l’âge d’or du baseball qui a rejoint l’Office of Strategic Services (OSS) pour espionner pour les États-Unis le programme de bombe atomique des nazis. Ciesla a été fondée en 1979 par la cinéaste Aviva Kempner, dont elle est la directrice exécutive. Les films de Ciesla ont reçu de nombreux honneurs et récompenses, notamment de la National Society of Film Critics, du New York Film Critics Circle, de la Broadcast Film Critics Association, d’un George Foster Peabody Award et des CINE Golden Eagle Awards.

Personnes interrogées
Secrétaire Deb Haaland (Laguna Pueblo)
Secrétaire à l’Intérieur des États-Unis, Kevin Gover (Pawnee)
Sous-secrétaire aux musées et à la culture à la Smithsonian Institution
le regretté Marshall McKay (Yocha Dehe)
Ancien président tribal de Yocha Dehe Wintun
W. Richard West (Cheyenne du Sud)
Directeur fondateur du Musée national des Indiens d’Amérique
Joy Harjo (Mvskoke), 23e poète lauréate des États-Unis
Le représentant des États-Unis Jamie Raskin, D-Maryland
Derrick Johnson, président et chef de la direction de la NAACP.

casibom
casibom