L’opération terroriste arménienne arrêtée par l’Azerbaïdjan conduit à un cessez-le-feu

La 2e guerre du Karabagh entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie s’est terminée par une déclaration de cessez-le-feu d’armistice, signée le 9 novembre 2020. Cependant, l’intransigeance de l’Arménie se poursuit malgré tout, ce qui a forcé l’Azerbaïdjan à prendre des mesures contre les opérations terroristes arméniennes.

Au cours des dernières 48 heures, des mines terrestres arméniennes nouvellement placées dans la région du Karabakh ont tué 3 civils azerbaïdjanais et sept militaires. Les actions déterminées de l’Azerbaïdjan ont amené les deux parties à déclarer un cessez-le-feu et l’Arménie à accepter d’adhérer aux clauses de la Déclaration de cessez-le-feu de 2020.

La déclaration trilatérale a été signée par Ilham Aliyev, le président de l’Azerbaïdjan, Nikol Pashinyan, le Premier ministre de l’Arménie et Vladimir Poutine, le président de la Russie et Arayik Harutyunyan, le président de l’ « République d’Artsakh » a également convenu de mettre fin aux hostilités.

Après la signature de la déclaration, toutes les hostilités dans la région du Haut-Karabagh à partir de 00h00, le 10 novembre 2020, heure de Moscou, ont pris fin.

Termes de la déclaration trilatérale

Les parties à la déclaration trilatérale de neuf clauses l’ont signée de bonne foi. Cependant, cette bonne foi a tourné au vinaigre et les hostilités n’ont jamais vraiment cessé.

Les observateurs occasionnels doivent prêter attention aux deux clauses suivantes de la Déclaration de cessez-le-feu :

Article #4, les forces de rétablissement de la paix de la Fédération de Russie seront déployées en même temps que le retrait des troupes arméniennes. Les forces de rétablissement de la paix de la Fédération de Russie seront déployées pour cinq ans, mandat qui sera automatiquement prolongé pour des mandats ultérieurs de cinq ans, à moins que l’une ou l’autre des parties ne notifie son intention de mettre fin à cette clause six mois avant l’expiration du mandat actuel.

Article #6, la République d’Azerbaïdjan garantit la sécurité des personnes, des véhicules et des marchandises circulant le long du corridor de Latchine dans les deux sens.

Khojavend District
Khojavend District

Arménie Retour à sa provocation

Non seulement l’Arménie n’a pas respecté la clause #4 de la Déclaration de cessez-le-feu, « les forces de rétablissement de la paix de la Fédération de Russie seront déployées en même temps que le retrait des troupes arméniennes », le 19 septembre 2023, sur la route Ahmadbayli-Fuzuli-Shusha, dans la région de Khojavand*, un véhicule azerbaïdjanais a explosé sur une mine antichar, posée par les groupes de saboteurs de reconnaissance-subversion des forces armées arméniennes, présents sur le territoire azerbaïdjanais où un contingent temporaire de maintien de la paix russe est déployé. Suite à cette provocation, 2 civils azerbaïdjanais ont été tués.

* Le district de Khojavend est l’un des 66 districts de l’Azerbaïdjan, situé à l’ouest du pays et appartient à la région économique du Karabakh.

Taghavard
Taghavard

Opération terroriste arménienne

Le même jour, des véhicules azerbaïdjanais transportant du personnel militaire du Ministère de l’intérieur, dépêchés dans la zone de l’acte terroriste susmentionné, ont explosé au-dessus de mines terrestres également placées par les saboteurs arméniens, sur un nouveau tunnel routier dans le village de Taghaverd*, dans la région de Khojavend.

L’explosion a tué quatre policiers personnels de l’armée azerbaïdjanaise et d’autres ont été blessés. Cet incident a été suivi d’une autre explosion de mine terrestre dans laquelle trois autres policiers personnels de l’armée azerbaïdjanaise ont été tués.

Le même jour, le bombardement arménien de la ville de Choucha a tué un civil azerbaïdjanais. Au total, trois civils azerbaïdjanais et sept policiers ont été tués par les hostilités arméniennes.

Ces actes de terreur témoignent de la politique terroriste intentionnelle et continue de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan.

L’Azerbaïdjan lance une opération « antiterroriste » au Haut-Karabakh

Ce résultat était prévisible.

Le mardi 19 septembre 2023, l’Azerbaïdjan a lancé une opération militaire contre la sécession dans la région du Haut-Karabakh, avertissant que si l’Arménie ne retirait pas tout son personnel militaire du Karabakh, elle « continuer [this operation] jusqu’à la fin. Dans le même temps, l’Azerbaïdjan exhorte les séparatistes arméniens à se rendre enfin.

Des militaires azerbaïdjanais tués le 19 septembre 2023 lorsque leurs véhicules ont explosé sur une mine terrestre plantée par des Arméniens dans la région du Karabakh en Azerbaïdjan - Photo: Ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères.
Militaire azerbaïdjanaisal tués le 19 septembre 2023 lorsque leurs véhicules ont explosé sur une mine terrestre plantée par des Arméniens dans la région du Karabakh en Azerbaïdjan – Photo: Ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères.
Opération terroriste arménienne. Les restes du véhicule après l’explosion d’une mine terrestre arménienne, le 19 septembre 2023 - Photo: Ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères
Images atroces des restes du véhicule du site de l’explosion de mines terrestres dans lequel 2 ouvriers azerbaïdjanais de la construction routière ont été tués, le 19 septembre 2023. – Photo : Ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères
Terreur arménienne. Les restes du véhicule après l’explosion d’une mine terrestre arménienne, le 19 septembre 2023 - Photo: Ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères
Des images atroces des restes du véhicule provenant du site de l’explosion de mines terrestres dans lequel 2 ouvriers azerbaïdjanais de la construction routière ont été tués. – Photo : Ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères

Mines terrestres

L’Arménie a placé environ un million de mines terrestres dans la région du Karabakh, ce qui a été une épine dans la victoire de l’Azerbaïdjan et la libération de son territoire de l’occupation illégale de l’Arménie. Cette occupation dure depuis 30 ans et a engagé les deux pays dans deux guerres majeures.

Depuis la fin de la guerre patriotique de 44 jours de 2020, le nombre total de victimes de mines terrestres azerbaïdjanaises a atteint 314 personnes, dont 61 sont mortes.

Les dernières explosions de mines terrestres et la perte de vies humaines d’Azerbaïdjanais ne pouvaient rester sans réponse. Une telle provocation a certainement validé l’objectif principal de l’Arménie, à savoir ne pas respecter la déclaration de cessez-le-feu de novembre 2020 ; en violation flagrante du paragraphe 4 de la Déclaration trilatérale, l’Arménie n’a pas retiré ses forces armées du territoire azerbaïdjanais.

En utilisant son régime fantoche au Karabakh pour mener des activités militaires en cours et poser des mines terrestres, l’Arménie a prouvé clairement son intention d’intensifier les tensions militaires dans la région et de se livrer au terrorisme. Le nihilisme est le dogme de l’Arménie.

En outre, ces provocations sont mises en œuvre dans le but d’intimider la main-d’œuvre azerbaïdjanaise et d’empêcher ainsi l’Azerbaïdjan de mener à bien des travaux de reconstruction à grande échelle après le conflit. Aussi, pour prolonger ou arrêter le processus des déplacés internes (déplacés internes [Azerbaijani] Personnes) retournent dans leurs foyers et leurs terres d’où ils ont été expulsés par l’Arménie dans le 1St Guerre du Karabakh.

L’objectif actuel de l’opération « antiterroriste » de l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh est d’assurer la paix et la sécurité dans la région. Les provocations militaires et les actes de terrorisme commis par l’Arménie et son régime fantoche qu’elle a créé au Karabakh doivent être empêchés, voire totalement arrêtés par les moyens nécessaires.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense explique les actions de défense

C’est à cause des formations des forces armées arméniennes qui bombardent systématiquement les positions de l’armée azerbaïdjanaise, en utilisant des armes de différents calibres; c’est parce que l’Arménie continue d’exploiter les territoires azerbaïdjanais; c’est parce que l’Arménie a renforcé son soutien aux positions de combat du génie. En outre, au cours des derniers mois, l’Arménie a augmenté le nombre de tranchées et d’abris dans la région azerbaïdjanaise du Karabakh. Tout cela représente un risque pour la sécurité de l’Azerbaïdjan, intensifiant les tensions dans la région. L’opération défensive de l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh a été lancée pour mettre fin aux opérations terroristes en cours en Arménie.

La présence continue des forces armées arméniennes dans la région azerbaïdjanaise du Karabakh est une source de grave menace pour la sécurité et la stabilité régionales et l’instauration de la coexistence et de la paix.

Les activités antiterroristes de l’Azerbaïdjan ont été lancées pour assurer la promulgation des dispositions de la Déclaration trilatérale et prévenir les provocations à grande échelle dans la région économique du Karabakh. Plus encore, désarmer et assurer le retrait des forces armées arméniennes des territoires azerbaïdjanais et neutraliser leur infrastructure militaire; assurer la sécurité de toute la population civile présente dans la région, y compris le retour en toute sécurité des Azerbaïdjanais expulsés par l’Arménie dans leurs foyers dans le territoire libéré, de tous les civils impliqués dans les travaux de construction et de restauration et du personnel militaire azerbaïdjanais, et finalement rétablir l’ordre constitutionnel de la République d’Azerbaïdjan.

Si tout échoue, les activités antiterroristes de l’Azerbaïdjan se poursuivront jusqu’à ce qu’une situation satisfaisante soit finalement atteinte.

De l’administration présidentielle de la République d’Azerbaïdjan

Les représentants des résidents arméniens vivant dans la région azerbaïdjanaise du Karabakh ont été, à plusieurs reprises, invités par l’administration présidentielle de la République d’Azerbaïdjan àDans le cadre d’un dialogue sur leur nécessaire réintégration en Azerbaïdjan, tous ont été rejetés à plusieurs reprises.

Maintenant, avec l’escalade des tensions, le régime illégal créé sur le territoire de l’Azerbaïdjan et soutenu par l’Arménie, a sonné un « Appel à l’ouverture de négociations. »

Suite à cet appel, l’administration présidentielle de la République d’Azerbaïdjan a annoncé qu’elle était prête à rencontrer les représentants des résidents arméniens de la région du Karabakh à Yevlakh*.

* Yevlakh est une ville d’Azerbaïdjan, à 265 km à l’ouest de la capitale Bakou.

Néanmoins, pour que les engagements militaires anti-terroristes de l’Azerbaïdjan cessent, les formations militaires illégales de l’Arménie présentes dans la région doivent hisser leur drapeau blanc; toutes leurs armes doivent être remises à l’Azerbaïdjan et au régime illégal de leur simulacre « République d’Artsakh » doit être dissous.

À cette jonction, la crainte d’une guerre à grande échelle semble avoir été évitée. Les parties azerbaïdjanaise et arménienne ont convenu d’un cessez-le-feu immédiat.

Après une journée d’attaques offensives par l’armée azerbaïdjanaise, Bakou semble avoir atteint son objectif déclaré. Au moment d’écrire ces lignes, il est rapporté qu’un cessez-le-feu actuel semble tenir dans le Haut-Karabakh tandis que les séparatistes arméniens ethniques des autorités du Karabakh de facto ont accepté de dissoudre et de désarmer leurs forces armées et se montrent disposés à accepter un « processus de réintégration » avec l’Azerbaïdjan.

L’opération terroriste arménienne arrêtée par l’Azerbaïdjan mène à un cessez-le-feu 1
Les forces de maintien de la paix russes bloquent la route du corridor de Latchine près de la ville de Shusha, Karabakh-12/16/2022 – Photo Nurit Greenger
L’opération terroriste arménienne arrêtée par l’Azerbaïdjan mène à un cessez-le-feu 2
Des policiers azerbaïdjanais montent la garde derrière la clôture tandis que des véhicules blindés russes de maintien de la paix sont de l’autre côté de la clôture sur la route du corridor de Latchine – Photo Nurit Greenger

Une prédiction

En tant que journaliste, qui a largement couvert les années de conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, en décembre 2022, alors que je visitais la région du Karabakh et que j’étais interviewé par les médias locaux, j’ai ouvertement prédit cette opération antiterroriste. En entendant parler des actions déstabilisatrices de l’Arménie dans la région et en voyant les protestations constantes de la société civile azerbaïdjanaise dans le corridor de Latchine contre l’Arménie et ses partenaires et leur vol et destruction écologiques dans la région, la seule solution à mon avis était de lancer une opération de nettoyage militaire.

Nous espérons tous que l’Arménie reviendra enfin à la raison et se résignera pacifiquement au fait que le Haut-Karabakh n’est pas à conserver, ne l’a jamais été. Une autre option consiste à verser beaucoup de sang.

casibombets10casibombig bass bonanza demofilme pornoikimislivbetbahiscomdeneme bonusu veren siteler1xbetbycasinomarsbahisikimisli girişen güvenilir slot sitelerideneme bonusu veren sitelercasibombetkomcasibomcasibom
casibombets10casibombig bass bonanza demofilme pornoikimislivbetbahiscomdeneme bonusu veren siteler1xbetbycasinomarsbahisikimisli girişen güvenilir slot sitelerideneme bonusu veren sitelercasibombetkomcasibomcasibom