Ruth, la Moabite et le courage d’oser

Il y a quelques jours, nous avons célébré la fête de Chavouot, 2022, ou comme l’appelle le monde non juif, la Pentecôte.

Le protagoniste principal de l’histoire du Livre de Ruth est Ruth la Moabite, une figure biblique et l’arrière-grand-mère du roi David.

Parlons donc d’une femme, une femme spéciale et super courageuse, nommée Ruth. Elle était si spéciale qu’un rouleau biblique a été écrit à son sujet. Fait intéressant, Ruth et Esther, deux femmes bibliques, sont les seules à propos desquelles un rouleau biblique a été écrit et leur nom est célébré avec admiration.

L’histoire de Ruth

Sur Chavouot, nous avons lu le Livre de Ruth, brièvement résumé ci-dessous.

Elimelech était marié à Naomi et ils ont eu deux fils, Machlon et Kilion. Suite à une famine en terre d’Israël, ils ont déménagé à Moab. Les deux garçons se sont assimilés. Ils ont épousé des femmes moabites, nommées Ruth et Orpah.

Un jour, tragiquement, Elimelech est mort et dix ans plus tard, ses deux fils sont morts aussi, et leurs femmes sont devenues veuves.

Naomi, l’épouse d’Elimelech, a décidé de retourner en terre d’Israël, dans sa patrie. Ses deux belles-filles voulaient la rejoindre mais Naomi les a suppliées de rester dans leur pays natal, Moab.

Orpah était convaincue et elle est restée à Moab. Mais Ruth était têtue. Elle a dit à plusieurs reprises à Naomi: « Votre peuple – mon peuple et votre Dieu – mon Dieu. Où que tu vas, je vais. Et elle a déclaré que seule la mort la séparera de Naomi. Naomi n’a pas pu la persuader de rester à Moab.

Croquis de Ruth
Image par Jeff Jacobs de Pixabay

Arrivée en Juda

Naomi et Ruth sont arrivées en Juda – veuves, pauvres et démunies. Ils sont arrivés à Bethléem pendant la saison des récoltes, et Ruth a décidé d’exercer son droit de pauvre femme, le droit de ramasser du blé au bord du champ de blé.

Et ici, comme par hasard, elle est venue sur le terrain de Boaz, un parent de Naomi, un homme respecté et un propriétaire. Boaz a vu Ruth parmi les cueilleurs dans le champ, et il l’aimait. Il voulait en savoir plus sur elle et sa famille, et quand il a entendu ce qu’elle avait fait pour sa belle-mère, Naomi, il a décidé de lui donner le traitement préféré.

Après un certain temps, Naomi a conseillé à Ruth d’aller la nuit à l’aire de battage où Boaz séjournait pendant le temps de semer du blé, et de s’allonger à ses pieds afin d’obtenir que Boaz l’épouse. Il semble que Naomi demandait à Ruth d’utiliser la séduisante « arme » à cette fin. Ce n’est pas la mitsva du yibbum (forme de mariage lévirat que l’on trouve dans le judaïsme) au sens le plus simple du terme, car la mitsva du yibbum dans la pratique ne s’effectue qu’en épousant la femme d’un frère décédé qui n’a pas laissé d’héritiers; mais il est lié à la coutume du yibbum – mariage entre la femme du défunt et son parent.

Ruth obéit à Naomi, elle se baigna, parfuma et mit ses robes, et descendit sur le plancher de battage la nuit et s’allongea aux pieds de Boaz.

Et donc, au milieu de la nuit, Boaz remarqua Ruth allongée à ses pieds, et elle lui demanda de la racheter et de l’épouser.

Happy ending – tout va bien : Boaz a décidé de la racheter et il l’a épousée.

Et Ruth lui donna un fils, qui devait être le grand-père du roi David.

Décision courageuse

Mais pourquoi l’histoire de Ruth m’a-t-elle touché le cœur ?

Grâce à son courage. En raison de sa décision de quitter sa patrie qui lui était familière et connue, et de suivre sa belle-mère dans un pays qui lui était étranger.

Parce qu’elle n’a pas laissé ses peurs guider sa décision. Elle a osé, elle a pris le gant et a juste coulé. Elle a dit au Créateur, à l’univers, à ce qui était inconnu d’elle, ou à ce pouvoir suprême – je coule avec vous, j’ai confiance en vous. J’accepte de quitter le familier et le connu, de sortir de mon cercle de confort, et d’oser.

Combien de fois manquons-nous des opportunités dans la vie parce que nous avons peur de quitter le familier et le connu : réussir, évoluer et grandir ?

Dans l’histoire de Ruth, il y a un message pour chacun de nous. Sauté dans l’eau; sortir du connu et du familier; faire taire les peurs; abattre tous les murs de défense. Oser.

Chacun de nous en vaut vraiment la peine. Tout ce que chacun de nous a à faire est de croire en nous-mêmes et de faire confiance à nos capacités et au même pouvoir suprême.

Courage, foi et audace

À chaque fête de Chavouot, n’oubliez pas d’avoir le courage, la foi et le pouvoir audacieux que Ruth, la Moabite, avait il y a plus de 3000 ans!

casibom
casibom