The Redeemer: A Riveting Western Film Review

Aujourd’hui, je passe en revue Le Rédempteur Et quand les lumières se sont éteintes et que le film a commencé, j’ai su que j’allais vivre quelque chose d’épique. Si vous êtes un fan de western que je suis, alors je peux vous dire d’emblée que la cinématographie de ce film est exquise, l’histoire captivante.

En entrant dans le festival international du film de Soho la semaine dernière, il y a eu un buzz tout de suite. En entrant dans la salle pour prendre place pour passer en revue les films, il m’est venu à l’esprit que les cinéastes qui ont atteint ce niveau étaient très excités par cette nuit, et ils devraient l’être. Ce vieux théâtre de l’East Village de New York, avec une architecture et des plafonds exceptionnels, est un excellent espace pour faire visionner votre film pour la première fois.

Sur la double facture de ce soir était Le Rédempteur un long métrage western, et Le garage de Tony, un court plan à New York.

J’ai vu et revu beaucoup de westerns dans ma journée. L’un des principaux problèmes avec les westerns est de savoir s’ils ont ou non le budget et le jeu d’acteur pour le faire et ne pas être hokey.

l’affiche du rédempteur
L’affiche du Rédempteur

La performance spectaculaire du Rédempteur

La première chose que je vais vous dire, c’est que ce film est spectaculaire. Cela a l’air très gros budget. Le jeu d’acteur est tout à fait cohérent et correct.

L’écriture et la réalisation de Myles Clohessy sont parfaites, et il était très évident qu’il avait fait beaucoup de recherches sur le genre western.

Quelqu’un dans le public pendant les questions et réponses a fait le commentaire que « J’ai même regardé l’arrière-plan dans la ville du Far West, et je dois vous dire que chacun des habitants de cette ville a l’air d’y appartenir et qu’il ne ressemblait pas à votre arrière-plan hollywoodien typique essayant de se rendre d’un point à un autre. »

Le film commence avec Kai Nelson (Baylee Toney) qui est le rôle principal, et son mari James Nelson (Greg Hovanessian) établissant leur merveilleuse relation dans la frontière sauvage.

Les performances de Baylee Toney et Greg Hovanessian ont été excellentes. Ils étaient extrêmement naturels et ont vraiment contribué à l’élément familial de ce film.

Le rôle d’Aponi Nelson, l’aîné amérindien dans le film, est joué par Irene Bedard. Sa performance était douce, mais forte. Tout au long du film, elle prouve pourquoi elle est la matriarche alors qu’elle aide à calmer le personnage de Baylee et concentre son attention sur le maintien de son état de famille.

L’un des moments les plus horribles, les plus terrorisants et les plus forts du film est probablement lorsque la matriarche rencontre sa mort. Alerte spoiler: La scène où Aponi est exécuté et la façon dont cela a été fait est obsédante et a fait pleurer une grande partie du public.

Entrez dans les méchants

les méchants rédempteurs
Les méchants du Rédempteur.

Tim V Murphy joue le méchant en chef dans ce film. Sa présence est forte et leader comme Tim le fait dans tous les films dans lesquels je l’ai vu. Je ne peux m’empêcher de remarquer que les costumes étaient si bien exécutés et ne ressemblaient pas à des vêtements de la centrale du parti, ce qui semble parfois être courant pour les westerns. Il avait un long manteau de fourrure incroyable, un bouc, une moustache et un chapeau qui correspondaient à sa grande stature et au personnage maléfique de son personnage.

Son bras droit, joué par Will Roberts dans le rôle de Carl, était l’essence parfaite des plus grands méchants que j’ai vus dans les westerns roulés en un seul. Avec un œil mort gauche, une dent dorée, une cicatrice sur le visage et une dent de devant cassée, j’ai su à la minute où je l’ai vu dans le film que ce serait une balade intéressante. La performance de Will Roberts a été excellente – il n’a pas déçu.

Carl était assis là en arrière-plan à fumer, à cracher et à manipuler ses armes comme je ne l’ai jamais vu auparavant dans le cinéma. Une petite recherche sur M. Roberts montre qu’il détient deux records du monde avec des fusils de spinning, des cordes et des fouets … Et quand vous le regardez, pas comme Carl, vous pourriez même dire qu’il est un James Bond des temps modernes.

La dernière scène de Will Roberts où Carl rencontre sa mort est un film incroyable. La façon dont il est descendu était appropriée. Tout ce que je vais dire, c’est qu’au dernier moment, quand tout est dit et fait, le public a rugi et applaudi à cause de ce qui lui est arrivé et qui l’a fait tomber. Ça donne envie de voir le film, n’est-ce pas.

Forte présence

J’ai beaucoup aimé Chris Mulkey, qui joue Butch, le père de Kai Nelson. Il est une présence forte tout au long. Mo Brings Plenty, qui aide le personnage de Chris en cours de route, fait une très bonne équipe avec Mulkey, avec une très bonne chimie à l’écran.

Le père de Myles, Robert Clohessy, joue un soulagement comique vraiment intéressant et amusant dans le film. C’est quelqu’un qui a vraiment l’air bien pour le vieil ouest, mais qui pourtant s’intégrerait toujours dans Harry Potter. Il a fait rire les gens dès le début.

Différents angles

Dans l’ensemble, ce film est plus qu’un western. Il y a des notes fortes sur les questions relatives aux femmes et aux questions amérindiennes. Je dirais que le film va autant dans ce sens qu’un western. Cependant, ils livrent définitivement sur le style High Noon 3:10 à Yuma regardez dans ce film.

Une dernière remarque est qu’en écoutant Myles Clohessy en tant que réalisateur, scénariste et chercheur de ce film, il a une réelle présence. J’adorerais juste lancer un commentaire disant que ce jeune homme est définitivement un réalisateur et un scénariste de long métrage. Je suis à peu près sûr que ce film lui fournira un excellent véhicule pour être là-haut avec certains des meilleurs réalisateurs de notre époque.

Pendant les questions et réponses après le film, le réalisateur Myles Clohessy et certains des autres membres de la distribution et de l’équipe expliquent au public les épreuves et les tribulations du tournage d’un film en plein hiver dans le Montana à 12 degrés et même à des températures négatives par moments.

Mais même si les coulisses étaient intéressantes dans les questions et réponses, le film était certainement l’événement principal.

Myles Clohessy

« J’ai fait ‘Le Rédempteur’ en l’honneur de la Journée nationale des peuples autochtones. Il a été écrit en l’honneur et à la mémoire de toutes les femmes amérindiennes qui disparaissent, sont tuées / abusées sexuellement en plus grand nombre que tout autre groupe démographique dans notre pays. Les crimes contre les femmes autochtones dans notre pays ne sont pas résolus plus que tout autre groupe démographique féminin dans notre pays. C’est une statistique horrible. »

« Ce film est pour eux. Ils sont portés disparus mais pas oubliés. »

« Je suis également reconnaissante envers les acteurs autochtones magnifiques et extrêmement talentueux qui ont contribué à donner vie à mon histoire. @irenebedard @mobringsplenty @eddiespears.

« En outre, un grand merci à la nation voisine des Pieds-Noirs du Montana pour avoir fourni les acteurs de fond les plus remarquables. »

La bande-annonce du Rédempteur

Si vous êtes d’humeur pour un western ou pour regarder les Amérindiens et les femmes se montrer à la hauteur de l’occasion et saisir la journée, Le Rédempteur est votre film.

Lien Iphone vers la bande-annonce

Les acteurs et l’équipe du Rédempteur

Durée : 119 minutes

Directeur

Myles Clohessy

Écrivain

Myles Clohessy (histoire par)

Jeter

Brandon Routh … Garrett Nelson
Irène Bédard … Aponi Nelson
Chris Mulkey … Butch Nelson
Greg Hovanessian … James Nelson
Mo apporte beaucoup
Timothy V. Murphy … Capitaine Randall Ferguson
Robert Clohessy … Charles Kennedy
Eddie Spears
Lukas Hassel … Billy Buckley
Dana Sparks … Marlène Kennedy
Will Roberts … Carl
Baylee Toney … Kai Nelson
Brandon Lessard … Silex
Mélanie Rae Wendt
D. Reride Smith
Darina Aïd … Sofia
Ed Kershen
Nicholas E. Schultz … Gus
Scott McCauley … Wyatt
Matthieu Conlon
Everett Blunck … Supplémentaire

Équipage

Sami Bass … producteur
Tina Buckingham … producteur associé
Myles Clohessy … producteur exécutif / producteur
Robert Clohessy … producteur exécutif
DJ Dodd … producteur
Thomas Grant … producteur exécutif
Ramsey K. Heitmann … producteur
Ari Novak … producteur
Jared Safier … producteur
Steven Schrager … producteur exécutif
Rob Simmons … producteur
Mike Walsh … producteur
Antony Ware … producteur en ligne / producteur

Musique par

Rhyan D’Errico
Jared Forman

Cinématographie par

Ari Rothschild

Montage par

Michaël Tang

Casting par

Paul Ruddy

Conception de la production par

Shelly Walker

Direction artistique par

Kellie Christensen

Décoration par

Kellie Christensen

Conception des costumes par

Vicki Hales

Département de maquillage

Macee Barry … maquilleuse clé
Melissa Ferreira … chef de département maquillage / artiste d’effets spéciaux de maquillage

Directeur de la deuxième unité ou directeur adjoint

Ramsey K. Heitmann … premier assistant réalisateur
Antony Ware … deuxième assistant réalisateur

Département d’art

Kellie Christensen … maître de propriété
Przemyslaw Reut … storyboard artiSt
Jake Songstad … commode de set

Département du son

Walid Alhamdy … opérateur de flèche / son
Danny Knutson … éditeur de dialogue / mixeur de réenregistrement / concepteur sonore
Jeffrey Roy … vo mixer

Effets spéciaux

Melissa Ferreira … effets spéciaux

Cascades

Camp de Fionn … Cascades
Nicholas E. Schultz … Doublure : Brandon Routh

Département de la caméra et de l’électricité

Michael Jezak … poignée de clé
Francis Rasmussen … meilleur garçon électricien / électricien
Declan Saint-Onge … photographe
Hallie Swain … première caméra assistante
Clémence Thérine … Gaffer

Département de casting

Tina Buckingham … directeur de casting: / casting
Paul Ruddy … casting

Département des costumes et de la garde-robe

Vicki Hales … costumier
Crae Aislinn O’Connor … assistant costumier

Département de musique

Michael Bouska … Mélangeur de partitions
Rhyan D’Errico … musique additionnelle
Mike Wax … éditeur de musique

Ministère des Transports

Grégory Gould … coordonnatrice des transports

Équipage supplémentaire

Carlton Nienhouse … Assistant Armurier
Tracy Oliver … Lutteur animal
Nicholas E. Schultz … Wrangler: Chef de gang
Stanley Schultz … Boss Wrangler
Stanislav Shkilnyi … assurance
Maggie Slepian … Cheval Wrangler
Duncan Vezain … Wrangler

Merci

Ante Novakovic … remerciements spéciaux

Sociétés de production

  • Safier Divertissement
  • Films à l’épreuve du temps
  • JARS Productions

casibomcasibom
casibomcasibom