Yair Lapid travaille à transformer fondamentalement Israël, à la Obama

Yair Lapid travaille à transformer fondamentalement Israël, à la manière d’Obama. Une telle transformation est dans ses 3Rd aux États-Unis.

Lapid signifie torche. Yair signifie lumière. Le Yair a frappé le flambeau Lapid de la perfidie et de la tyrannie et il entraîne la nation d’Israël avec lui. Il semble que le gouvernement d’Israël ait attrapé le virus de l’absurdité politique qui embrouille toute la population.

Il semble également que Lapid, avec l’aide de la gauche américaine – l’administration Biden – soit sur la bonne voie pour briser l’ordre sécuritaire de l’Amérique, d’Israël et du Moyen-Orient.

La vision de Barack Hussein Obama

Barack Hussein Obama s’est présenté à la présidence sur le slogan: «Transformer fondamentalement les États-Unis.”

Le 30 octobre 2008, à Columbia, Missouri, à la pointe de l’élection présidentielle historique américaine, avec le premier homme noir comme candidat à la présidence, confiant que la Maison Blanche était dans sa poche, Obama est sorti et a déclaré dans une déclaration audacieuse, révolutionnaire, propagandiste et sauvagement applaudie: «Nous sommes à cinq jours de transformer fondamentalement les États-Unis d’Amérique.”

Le résultat des 8 années d’Obama à la Maison Blanche : il a créé un héritage culturel, avec le « Espoir et changement » logo de marque qui s’est répandu au-delà des océans Pacifique et Atlantique. Malheureusement, il a échoué en économie, en gouvernance et en politique étrangère.

Dès le départ, les mots «Transformer fondamentalement» aurait dû alarmer tous les Américains parce que et généralement, les Américains ne font pas de transformation fondamentale. Les Américains font des changements, petits et grands, mais seuls les révolutionnaires les plus radicaux veulent transformer fondamentalement la nation et son ethos, pas le peuple lui-même. Bien que l’Amérique ait de nombreux problèmes qui accueillent des changements positifs et positifs, ils peuvent tous être résolus sans une transformation fondamentale d’aucune sorte.

On peut même aller plus loin en admettant que le totalitarisme est une idéologie qui transforme fondamentalement une société et les manuels scolaires en témoignent. Dans ces livres, la définition du totalitarisme est de chercher à transformer fondamentalement – en particulier, à transformer fondamentalement la nature humaine – par une certaine forme de bouleversement politique, idéologique et culturel.

Et l’Amérique a vu et connu beaucoup de bouleversements depuis l’époque d’Obama, jusqu’à aujourd’hui et cela continue.

En novembre 2008, j’ai fait la queue pour voter pour un nouveau président américain. L’excitation des électeurs à voter pour un homme noir à la présidence était claire. J’ai eu plutôt mal au ventre quand j’ai vu les gens applaudir béatement et aveuglément, sans question ni objection, ce qu’Obama avait propagé.

Mais apparemment, l’Amérique avait besoin de se donner bonne conscience des Noirs, de se débarrasser de sa culpabilité.

Barack Obama a-t-il vraiment transformé fondamentalement les États-Unis d’Amérique, comme il l’avait promis ? Absolument. Oui.

La véritable transformation fondamentale a été dans le domaine de la culture, notamment en matière d’orientation sexuelle, de mariage et de famille. Le changement a été sans précédent et bien au-delà de l’imagination et de la compréhension de quiconque.

Obama a eu un impact gravement négatif sur la politique étrangère dans des régions allant de l’Europe de l’Est au Moyen-Orient. Le changement le plus fondamental a été de l’attitude de la grande majorité des Américains. Ce changement concernait le rôle du gouvernement, de la fiscalité, de la réglementation, de l’économie et de l’éducation, même des soins de santé, des questions attribuées à la loi phare d’Obama.

Obama »Révolution culturelle» est tout autour de nous. Les forces de «diversité« et »toléranceLa culture de la peur et de l’intimidation cherche vicieusement à dénoncer, déshumaniser, diaboliser et détruire quiconque n’est pas d’accord avec leurs nouveaux concepts éhontés.

Si quelqu’un s’oppose à cette nouvelle redéfinition stridente de la nature humaine, vous pouvez être poursuivi, emprisonné, diffamé, boycotté, harcelé, ruiné. Tout cela au nom de « tolérance » et « diversité ».

Une anecdote montre qu’une telle situation pourrait se répéter en Israël lors des prochaines élections de novembre 2022. Obama a ignoré le Congrès, trompé l’Amérique et violé la Constitution pendant sa présidence. L’administration Obama a été la plus anarchique de l’histoire des États-Unis. Le résultat a été que sous le président Obama, les démocrates ont subi la plus grande perte de pouvoir à la Chambre depuis le mandat du président Eisenhower, janvier 1953-janvier 1961.

Yair Lapid travaille à transformer fondamentalement Israël, à la Obama 1
Yair Lapid, Image NewsBlaze

Lapid, qui est l’homme ?

Yair Lapid n’est actuellement pas élu, mais il est le 14e Premier ministre de l’État d’Israël, depuis le 1er juillet.St, 2022. Il est le suppléant du premier ministre Naftali Bennett, qui a quitté l’époque, et détient également le portefeuille du ministre des Affaires étrangères.

Le chemin tyrannique de Lapid

Il y a une quarantaine d’années, Mordechai Horowitz, avocat, écrivain et poète israélien, écrivait : « des dix folies sociologiques qui se sont abattues sur Israël, neuf ont été prises par l’Académie juive » ; la 10e folie sociologique est restée orpheline, solitaire et désespérée, jusqu’à ce que les électeurs du parti Yesh Atid de Yair Lapid viennent l’adopter et l’embrassent. Folie sociologique en effet.

Il s’avère qu’au sein de l’État d’Israël, il y a une grande communauté qui agit contre les intérêts personnels de l’État, et c’est celle qui unit les électeurs des partis qui composent le gouvernement Lapid actuel.

La détérioration sécuritaire et économique du pays depuis la création du Bennet-Lapid « changement » Le gouvernement n’est pas reflété dans les sondages. En d’autres termes, avec des élections au début de novembre 2022, malgré sa piètre performance, le gouvernement sortant jouit toujours d’une grande confiance de la population à tel point qu’un nouveau chapitre de la « Défilé de la folie » a été écrit.

Étant donné que le parti Yesh Atid de Lapid est la plus grande des coalitions actuelles, bien que la tâche soit difficile, il est important de comprendre qui sont les personnes qui votent pour Yair Lapid. Grâce à cette tâche, il sera possible d’essayer de découvrir ce qui se passe dans la société israélienne depuis les élections de 2013, lorsque Yair Lapid a été élu à la Knesset pour la première fois, balayant des centaines de milliers d’électeurs derrière lui. Il est probable qu’une telle analyse de la nature des électeurs de Lapid ne le privera pas de nombreux électeurs. Espérons cependant que de nouveaux électeurs ne le rejoindront pas.

Dans son mandat actuel de Premier ministre, les discours de Lapid ont révélé qu’il souffre d’un manque de profondeur intellectuelle tout en recevant l’admiration aveugle de tant d’électeurs qui se considèrent comme des personnes réfléchies. Par conséquent, il y a la crainte que les nouvelles personnes, fascinées que la source de son attraction est le « chic » créé autour de sa personnalité, votera pour lui.

Lapid a échoué Israël sur son accord sur les champs pétrolifères maritimes-méditerranéens avec le Liban auquel je me référerai dans le prochain chapitre de cet essai.

Pour l’instant, l’accord concernant le champ pétrolifère de Kana est l’expression la plus alarmante du manque de compréhension du Premier ministre Lapid sur des questions qui dépassent le cadre de, disons, l’arène de la lutte de judo, dans laquelle il n’a pas eu beaucoup de succès non plus. La reddition de Lapid au Liban-Hezbollah a créé un dangereux précédent, ses conséquences pour la position de l’État d’Israël au Moyen-Orient sont extrêmement graves et dangereuses.

Theodor (Binyamin Ze’ev) Herzl, le fondateur du sionisme, a insisté sur le fait que « Tout le monde et tout en Orient a peur de tout et de tout le monde. Les gens sont comme un animal enragé, qui peut être libéré, mais peut aussi être dirigé dans n’importe quelle direction.

Au-delà de cela, la reddition de Lapid au Liban-Hezbollah a conduit à une constellation politique et sécuritaire complètement opposée à la ligne diplomatique de l’État d’Israël depuis sa création. Cette capitulation a créé un lien entre le Liban et la France en tant qu’entité unie face à l’État d’Israël, le Premier ministre d’Israël inversant le sens des paroles de la Bible : « Que l’effroi et la peur s’abattent sur eux… » ~ Exode chapitre 15:16. C’est une parabole adressée au peuple d’Israël et non aux païens. Cela soulève la question de savoir ce qui pousse les électeurs innocents, qui accrochent leur espoir en or dans cette feuille soufflant au vent, Lapid, à voter pour son « Yesh Atid » parti?

Et la réponse est donnée dans le livre de Thomas Sowell »La quête de justice cosmique», résumé en deux mots : « Auto-exaltation. » Les gens qui s’auto-glorifient sont les électeurs typiques de Yair Lapid.

Sowell écrit : « Tout comme les tyrans du monde antique fournissaient au peuple du pain et des divertissements en échange de leur loyauté, il en va de même pour les visions visant à acquérir une influence tyrannique sur la pensée des gens : elles leur offrent un sentiment d’autoglorification en échange de leur loyauté à une vision malgré que tous les faits disent le contraire. »

Lapid incarne, presque à la perfection, ce qui est dit dans ce paragraphe par Thomas Sowell. À commencer par son contrôle absolu sur les membres de son parti, les tentatives de faire taire ses opposants dans les médias et sa décision de ne pas soumettre l’accord gazier au vote de la Knesset. Lapid obscurcit son approche tyrannique avec des mots nobles et beaux sur le »bien commun« et »unité.” Il parvient à hypnotiser les gens qui ont besoin d’un sentiment d’exaltation de soi. Principalement de ceux qui « peur » le destin de la démocratie.

Les électeurs de Yair Lapid possèdent un autre dénominateur commun qui ressort de l’essai de Mordechai Horowitz de 1980, «La mémoire de l’Holocauste ne fonctionne pas.” “Si les Israéliens décident d’être forts, ils prouveront en peu de temps qu’ils peuvent être assez forts pour résister à une menace à leur existence d’une source, quelle qu’en soit la source. Pour cela, cependant, ils ont trop de scientifiques de premier ordre. Si dix points de stupidité sociologique sont tombés sur Israël, neuf ont été pris par l’Académie juive..”

Début de l’Israël transformé

Lapid travaille sur un Israël fondamentalement transformé
Liban-Israël-maritime-frontière-différend – Wikipédia
Les frontières maritimes séparent le Liban et Israël — Wikipédia
Les frontières maritimes séparent le Liban et Israël – Wikipedia

Champs de gaz maritimes d’Israël et du Liban

Dans son faible, confus « leadership », Lapid encourage une montée du terrorisme arabe. Dans son erreur de calcul, il a déclaré que l’accord quasi gazier avec le Hezbollah, et non le Liban, donne « reconnaissance internationale » pour la ligne de démarcation des bouées sous-reconnue et ignorée d’Israël. Selon Lapid, cette « reconnaissance », est la réalisation clé qui ferait que l’accord gazier en vaudrait la peine, y compris l’abandon par Israël d’un immense territoire maritime, en litige, sur lequel il pourrait obtenir une revendication d’intégrité territoriale.

Yuval Steinitz, ancien ministre israélien de l’Énergie, a décrit l’accord maritime de Lapid comme « Par définition, une capitulation au chantage. »

Extraits d’avis d’experts sur l’accord gazier

L’accord sur le champ gazier avec le Liban est en fait avec l’organisation terroriste Hezbollah, le mandataire de l’Iran, qui contrôle le Liban. Il n’y a aucun mot dans l’accord qui parle de sécurité. L’objectif déclaré du Hezbollah est de détruire Israël, un objectif sur lequel repose toute son existence.

Le Hezbollah a menacé d’attaquer les plates-formes gazières israéliennes si Israël ne signait pas l’accord visant à « redressage » la frontière des eaux territoriales entre les deux pays.

Le Hezbollah a fait la menace et cela a effrayé l’arrogant Yair. Qu’est-ce qui a effrayé une personne dont le nom de famille est Lapid, une torche ? Le feu ennemi ? Si je me souviens bien, Lapid n’a jamais été soldat sur le terrain mais, alors qu’il servait dans l’armée israélienne, il travaillait pour le journal militaire.

Le faible système de sécurité de l’État d’Israël, sous le commandement de Lapid, a estimé que le Hezbollah avait vraiment l’intention, clairement et sérieusement, d’attaquer les plates-formes gazières israéliennes, et ils ont également eu peur.

La loi du désert de survie du Moyen-Orient est que ceux qui sont faibles sont écrasés. Un bon exemple est le puissant règne du roi David, gravé dans l’histoire de la nation d’Israël comme un exemple de sécurité et de stabilité politique.

S’il y a un accord gazier avec le Liban, l’établissement de sécurité de l’État d’Israël s’est trompé; il a menti et tente, à tout prix, de dissimuler ses craintes en affirmant que la probabilité des menaces d’attaque du Hezbollah serait réduite.

La question est la suivante : quel pays normal est prêt à renoncer à ses actifs stratégiques et économiques et à son territoire souverain parce qu’une organisation terroriste l’a menacé ? Un point de faiblesse qui n’a pas sa place et menace l’existence d’Israël au Moyen-Orient.

L’autre question est la suivante : à quoi existe un système de sécurité si ce n’est pour protéger les biens souverains de l’État d’Israël ?

En substance, cet accord sur les champs gaziers représente les concessions de l’État d’Israël aux actifs territoriaux, économiques et aux stratégies à long terme et son résultat promet une guerre dans laquelle le point de départ d’Israël est la faiblesse parce que les États-Unis y sont investis.

Le gain imaginaire de Lapid

Dans l’accord, il n’y a aucune considération ou profit pour Israël comme le prétend Lapid et ment. Que Lapid affirme qu’Israël recevra 17% des revenus du champ gazier libanais est un non-sens total dépourvu de toute couverture légale ou réaliste.

Comme ils n’apparaissent pas dans l’accord avec le Liban, en fait le Hezbollah, Israël n’a pas réclament des lignes de démarcation de bouées ou des récompenses d’une valeur de 17 %. La récompense de 17% du profit n’apparaît que dans l’annexe de l’estimation écrite du ministre israélien de l’Énergie. L’annexe est jointe à l’accord mais elle n’a pas de base juridique. Le mensonge de la récompense de 17% des bénéfices dans l’accord que Lapid propage est une question ouverte à la négociation entre l’État d’Israël et la société Français Total*, qui est censée forer pour le gaz, mais n’oblige pas la société à négocier ni à donner à Israël une baisse du pourcentage de compensation. (*Français Petroleum Company, à l’initiative du gouvernement Français, connu sous le nom de CFP, est engagé dans l’exploration et la production principalement à partir du Moyen-Orient.)

Et qui plus est, quand Lapid dit : « À la lumière du comportement totalement inapproprié du bloc de l’opposition politique, nous n’avons pas pensé qu’il serait approprié de soumettre l’accord à un vote à la Knesset », a-t-il ajouté. Lapid prouve qu’il est le Premier ministre d’un gouvernement sans foi ni loi. Par un gazouillis de bouche anarchique, Lapid annule le gouvernement dans lequel siègent à la fois la coalition et l’opposition. Mais pour Lapid, la tyrannie parle. Il s’attend à ce que le gouvernement remplisse son rôle, conformément à la loi, et adopte cet accord malgré tout.

Lapid, qui veut pousser cet accord gazier qui annonce le sort d’Israël, a décidé que l’opposition de son gouvernement est problématique et par cela, il ne tient pas compte de la démocratie israélienne. De tels mouvements sont certainement interdits dans un accord conclu dans l’arrogance, l’imprudence et, pendant une période électorale, par un gouvernement de transition, un accord qui ne répond tout simplement à aucune norme juridique.

La loi israélienne stipule que si le territoire souverain israélien est abandonné, il faut un vote majoritaire à la Knesset et même un référendum. En outre, le conseiller juridique du gouvernement a déclaré que la bonne façon est de soumettre cet accord flagrant à la Knesset pour un vote d’approbation. Cependant, le gouvernement de Lapid ne fait ni l’un ni l’autre et trouve des excuses non pertinentes pour expliquer pourquoi.

Le précédent économico-politique de la concession au Liban pourrait être un obstacle et un obstacle pour Israël dans les futures négociations sur les champs de gaz transfrontaliers.

Il est clair que les Américains et les Français exercent beaucoup de pression sur Israël alors qu’Israël a d’énormes intérêts économiques ici. Et comme dans d’autres cas similaires, une garantie américaine est comme l’écrire dans le sable du bord de mer. Ce type de garantie n’a fonctionné nulle part, ni en Ukraine ni à Oslo, entre Israël et les Arabes qui ont soudainement changé de nom pour « Palestiniens », Et cela ne fonctionnera pas ici non plus.

Israël ne doit pas compter sur une garantie américaine, mais seulement sur des auto-garanties.

Le Liban n’a rien abandonné

Après les débats internes véhéments en Israël sur l’accord gazier, le président libanais Michel Aoun a mis un doigt dans l’œil d’Israël en déclarant : « Ce qui s’est passé hier est une réalisation historique, car nous avons pu récupérer une zone de 860 kilomètres carrés qui faisait l’objet d’un litige. Le Liban n’a pas abandonné un kilomètre carré. Nous avons reçu l’ensemble du champ pétrolifère de Kana sans avoir à payer d’indemnisation, même si tout le champ n’est pas dans nos eaux. En outre, notre frontière terrestre avec Israël n’a pas été touchée non plus et le Liban n’a pas reconnu la ligne de démarcation des bouées d’Israël. Il n’y aura pas de normalisation avec Israël. »

Que dire de ce Lapid hautain?

Ce qui est certain, s’il le fallait, c’est que le président libanais n’hésiterait pas à soumettre cet accord gazier à l’approbation du Parlement libanais, où siège le Hezbollah, avec son objectif de détruire Israël.

Une observation à propos de Benny Gantz et Naftali Bennett, membres de la conspiration de Lapid contre l’État d’Israël : tous deux prétendent que ce n’est pas un accord historique et ils sont impatients de le critiquer et la façon dont les choses se sont passées, mais ils n’osent pas par peur du dirigeant tyrannique Lapid.

N’oubliez pas que les élections frappent déjà à la porte et qu’il n’est pas bon que la base actuelle de la coalition se querelle avec Lapid (torche), et prenne ainsi le risque que la torche brûle sous leurs chaises. Au lieu de cela, ils redirigent leur combat vers le chef de l’opposition, M. Netanyahu.

Peu importe si vous pensez que l’accord sur le champ de gaz maritime est en faveur ou contre l’État d’Israël ; cet accord est complètement perforé, tout comme le fromage suisse le plus perforé. Et avec le contenu juridique d’un tel accord, on ne pourrait même pas louer un appartement.

Yair Lapid, pas le parangon de la vertu

Yair Lapid est une honte pour toute la nation d’Israël. C’est un menteur arrogant, et sa parole n’est pas un mot. C’est un orateur sans traits de leadership.

Lapid commence la semaine avec dédain pour Judaisme. Il dénigre le judaïsme et la foi juive.

Lapid donne à l’État d’Israël l’image que tout ce qui l’intéresse, c’est l’argent ; Il ne se soucie pas de perdre ses terres.

L’intégrité territoriale d’Israël a été gravée dans le droit international lors de la Conférence de San Remo en 1920. Lorsque la guerre des Six Jours de 1967 a pris fin, Israël a oublié tout cela et a voté et signé pour son propre destin d’intégrité territoriale : la Judée-Samarie est un territoire contesté.

Israël a fait venir de Tunisie un OLP de Yasser Arafat en faillite et lui a donné un gouvernement au nom de la capitulation territoriale aux exigences terroristes. Le 4 mai 1994, le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le président de l’OLP Yasser Arafat sont parvenus à un accord, au Caire, en Égypte, sur la première étape de l’autonomie palestinienne et l’arrivée de la solution désastreuse à deux États que Lapid soutient de tout cœur.

Réduire la terre d’Israël

Fait; le taux de construction arabe illégale dans la zone « C », qui est la terre souveraine d’Israël, a augmenté de 80% en 2022; beaucoup trop de gens en Israël ne croient pas en la propriété de leur terre, là où Dieu les a dirigés lors de leur exode de l’esclavage en Egypte. Une terre d’où le judaïsme, la Torah et la croyance fondamentale en Dieu ont servi de piliers de moralité pour toute l’humanité et Israël joue le rôle de représentant de ces valeurs.

Lapid ne croit pas en Dieu, et quand tu ne crois pas en Dieu, tu ne crois pas en ta propriété de la terre ; vous ne croyez pas en votre ancien engagement à être le messager de Dieu.

Ingérence des États-Unis

Lapid n’a pas tenu tête à l’ambassadeur américain en Israël, Thomas Nides, qui s’est vanté : « Je travaille tous les jours pour éliminer les colonies juives » c’est-à-dire refuser aux Juifs de construire des maisons et permettre à l’ambassadeur des États-Unis d’empoisonner le puits.

Israël doit tenir compte de l’Azerbaïdjan, un pays qui s’est battu pour son intégrité territoriale et qui a gagné fermement.

Sous Lapid, Israël n’a pas d’honneur et d’intérêt national, tout comme Obama qui a humilié l’Amérique et montré au monde sa faiblesse, ce qui a amené de nombreux pays à tourner le dos aux États-Unis pendant son mandat. De nombreux pays dans le monde craignaient qu’une faible image américano-Obama ne conduise à une guerre mondiale.

Une telle image au Moyen-Orient invite à la guerre. Le faible Israël de Lapid conduira-t-il à une guerre ?

Mensonges et faiblesses

Obama a menti au peuple américain ; Lapid ment au peuple israélien. Lapid est piégé dans la pression américaine dont seuls les ennuis viendront. Rappelez-vous, les États-Unis ont fait pression sur Israël pour qu’il signe les accords d’Oslo. Ce qui en est ressorti… meurtre continu de Juifs.

Il est clair que Bennett et son remplaçant temporaire Lapid règnent avec un demi-pont et l’anarchie.

Lapid devrait savoir que la route de l’enfer est pavée de bonnes intentions et de mauvaises intentions indésirables. Avant d’apporter un désastre sur l’État d’Israël, quittez la scène politique en Israël et rapidement.

Liban. Photo par Jo Kassis
Liban. Photo par Jo Kassis

S’adressant au gouvernement Lapid d’Israël

Dans la diplomatie internationale, il faut une très bonne prévoyance que les politiciens israéliens manquent grandement ou ignorent dans leur hâte.

Un gouvernement qui n’a pas le respect de soi et l’honneur national ne mérite pas d’exister.

L’accord gazier avec le Liban-Hezbollah est effectivement une capitulation parce que quiconque choisit l’accord honteux plutôt que la guerre recevra à la fois la honte et la guerre.

Yair Lapid et ses amis ont ce qu’ils pensent être une vision du monde éclairée et progressiste. En conséquence, ils agissent comme si l’honneur national était une question sans importance pour la survie de la nation.

Obama le pensait aussi, et il s’est incliné devant les dictateurs et s’est excusé pour le comportement des États-Unis devant le monde. Obama a ainsi réduit le respect national au niveau de l’humiliation.

En général, les Israéliens et les Juifs ont un problème avec le concept d’honneur national.

Deux points

Il y a deux points qu’un grand nombre d’Israéliens ont:

Perception

Premièrement, la perception que pour comprendre un autre système culturel, il faut non seulement comprendre l’information de ce que disent les gens de l’autre culture, pas seulement savoir où ils se situent et combien d’armes ils ont. Plutôt, comprendre leur vision globale du monde.

Le Hezbollah de Nasrallah

Par exemple, le Hezbollah de Nasrallah. Il faut comprendre sa religion et ses croyances, qui font partie de sa prise de décision. Il faut comprendre que c’est une culture complètement différente de la culture israélienne. Il faut faire un saut d’une culture à l’autre où il n’y a pas de traduction entre les Deux.

1934 Avant la création d’Israël

Autre exemple : en 1934, avant la création de l’État d’Israël, David Ben Gourion s’est entretenu avec les dirigeants arabes. L’une des conversations les plus importantes a eu lieu avec Musa Al-Alami, un nationaliste et un politicien arabe de premier plan. En raison du fait qu’Alami avait représenté les Arabes à diverses conférences arabes, dans les années 1940, il était considéré par beaucoup comme le chef des Arabes, qui en 1964 est devenu du jour au lendemain « Palestiniens ».

Lors de cette réunion, Ben Gourion a soulevé la position habituelle du sionisme de progrès et de développement du pays ensemble, pour le bénéfice des deux peuples. Alami a répondu : « Nous n’avons pas besoin de vous. Nous progresserons à notre rythme.

L’idée que les Israéliens pensent savoir ce qui est bon pour leur ennemi que leur ennemi pense réellement comme eux, et que l’humanité a une voie universelle, est une grave erreur.

Après cette réunion, Ben Gourion a changé d’avis. Il a recruté les membres du parti Mapaï qu’il dirigeait et leur a expliqué qu’il n’y aurait pas de cas de réconciliation. Il a compris que la voie pour paver les conditions de la construction d’un État juif ne pouvait pas être créée par la réconciliation avec les Arabes.

L’honneur d’Israël

La deuxième question est de comprendre si l’honneur d’Israël a été lésé ou non ; si Israël a renoncé à son honneur, il est entré sur une pente glissante d’extorsion sans fin par ses ennemis.

Pour expliquer pourquoi : Israël abandonne 860 kilomètres carrés, ce qui n’est que le début. Dans l’accord sur le gaz, les États-Unis ont joué le jeu de pression sur Israël exactement comme Obama l’a fait pendant son mandat de 8 ans afin de nuire à Israël.

Nasrallah a tout regardé. Il a manipulé Israël pour parvenir à cet accord alors qu’il comprenait la pression américaine que Biden a exercée sur Israël, en utilisant la menace de Nasrallah de bombarder les plates-formes gazières israéliennes.

Il est possible qu’il y ait un accord circulaire ici, lié au pétrole humanitaire que l’Iran donne au Liban. Mais ce qui est plus effrayant, c’est que les Américains ont créé une sorte de précédent ici qui sera suivi en mettant Israël sous pression concernant la Judée et la Samarie.

Dans ce gouvernement d’Israël pliant au cas où, avec les Américains capables de dicter à un gouvernement de transition un accord. En outre, l’ensemble de l’establishment sécuritaire d’Israël, comme un seul homme, est resté les bras croisés alors que le gouvernement de transition était d’accord avec la position américaine. Tout cela prouve et confirme que l’establishment sécuritaire d’Israël n’a pas un iota d’intérêt pour la sécurité d’Israël.

Celui qui n’a pas raison doit être un imposteur. Et il s’avère que Lapid et les établissements de sécurité israéliens sont des fraudeurs !

Un avertissement à l’État d’Israël

Avec des ennemis assoiffés de sang à droite et à gauche, Israël doit établir ses propres règles, pas respecter les règles de Joseph Biden. Sinon, Israël ne restera pas la nation pour laquelle il a été ordonné.

Avec ruse et détermination, Benjamin Netanyahou a réussi à enterrer la folie des deux États, mais ensuite est venue la droite qui a raison de la droite, s’est convaincue que la question palarabe avait disparu de l’ordre du jour de son propre chef. Ils ont préféré haïr et faire haïr celui qui a vraiment enlevé cette folie de la scène. En fin de compte, ils ont remis le poste de Premier ministre aux gauchistes creux Bennett-Lapid qui, « Si Dieu le veut », gagnerait les élections et ramènerait Israël aux frontières d’Auschwitz d’avant 1967.

Et il y a aussi un dessert sucré ici : maintenant une partie des Israéliens à droite de la droite ont l’intention de voter pour Benny Gantz et même pour Yair Lapid et une autre partie n’a pas l’intention de voter du tout parce que la tasse de thé de Bibi et du Likoud n’est pas exactement un dixième de la température exacte qu’ils préfèrent.

Lapid, tout comme Obama, je peux le classer comme un marxiste-gauchiste-bolchevique qui, en peu de temps, tente illégalement de changer le pays par la force tyrannique.

La torche enflammée de Lapid doit être éteinte, immédiatement, avant qu’elle ne brûle tout le pays. Un Israël fondamentalement transformé mettrait l’État et tout son peuple en danger extrême.

Le 1er novembre 2022, les Israéliens ont le choix: élire Lapid (à gauche) ou Netanyahu (à droite) - photo Adina Volman, porte-parole de la Knesset
Le 1er novembre 2022, les Israéliens ont le choix : élire Lapid (à gauche) ou Netanyahu (à droite) – photo Adina Volman, porte-parole de la Knesset
casibomcasibom
casibomcasibom